Qui suis-je?

Qui aimes-tu? 👨‍❤️‍👨

Ta sexualité ou ton orientation sexuelle font peut-être partie des choses auxquelles tu penses le plus. Ces pensées sont liées au genre de personnes vers lesquelles tu ressens une attirance, avec qui tu veux sortir, ou avoir des relations sexuelles. 💭💓

Cela peut soulever de grandes questions. Pour les gars qui aiment les gars, ces pensées peuvent susciter une certaine crainte ou un sentiment de solitude, surtout s’ils entendent les autres dire du mal des gays. Parfois, d’autres personnes peuvent donner l’impression qu’elles ont tout compris. Se sentir différent peut être très difficile, il est donc important que tu saches que, peu importe qui tu es ou qui tu aimes, tu n’es pas seul. Nommer ta sexualité peut vraiment te permettre de t’affirmer et s’avérer très stimulant.

Voici certaines questions qui peuvent surgir quand tu réfléchis à ta sexualité : 💭

Est-ce que j’aime les gars?

Est-ce que j’aime les filles aussi?

Est-ce que je suis gay?

Est-ce que c’est le mot qui s’applique à moi?

Et si je ne le savais pas?

Qu’est-ce qui m’excite?

Qu’est-ce qui me laisse froid?

Comment est-ce que je devrais réagir, face à mes sentiments?

Est-ce que je devrais en parler à quelqu’un d’autre ou « sortir du placard »?

Se poser ces questions est normal. Quelles que soient les réponses, ou si elles ne sont pas toujours les mêmes, tout va bien!

Ce que tu penses au sujet de ta sexualité, c’est à toi que cela appartient. 💯

Certains gars qui aiment les gars utilisent des mots comme gaybisexuel ou queer pour parler d’eux-mêmes. D’autres préfèrent ne pas nommer les choses. Il n’y a aucun problème!

Tous les gars qui aiment les gars ne veulent pas nécessairement avoir des rapports sexuels tout de suite ou avoir des relations sexuelles tout court. Tu entendras peut-être certains gars dire qu’ils sont asexuels.

Quoi qu’il en soit, c’est à toi de décider de quelle manière tu souhaites parler de ta sexualité. 💯

Tu peux utiliser des mots comme ceux qui se trouvent ci-dessus, si tu penses qu’ils sont justes, et cela, au moment qui te convient — ou ne pas les utiliser du tout s’ils ne semblent pas s’appliquer à toi!

Ta sexualité ne représente qu’une partie de la personne que tu es. 👤

Pour certains gars, c’est très important. Cela peut exercer une influence sur tes passe-temps ou les personnes avec qui tu t’entends bien. Pour d’autres, l’orientation sexuelle n’a pas d’importance ou ne compte pas autant que les autres aspects de ta personne.

Lire la suite

Tu te questionnes sur ton identité? 💭

L’identité de genre définit qui tu es et de quelle manière tu te situes par rapport à des concepts comme la masculinité, la féminité, tout ou rien de ce qui se trouve entre les deux, selon ce qui te convient.

Beaucoup de gens pensent que le genre est un attribut qui nous est donné à la naissance, mais ils confondent avec le sexe.

Le gendre est dans ton cœur et dans ta tête. Seulement toi peux décider de quel genre tu es. C’est ce qui est si extraordinaire!</p?

Peut-être que, toute ta vie, on t’a dit que tu étais un garçon, mais que cela ne te semble pas tout à fait exact. Ou peut-être que les gens pensent que tu es une fille, mais que tu as toujours su que tu étais un garçon. Mais peut-être as-tu plus d’un genre, ou que le genre n’est pas une identité dans laquelle tu te reconnais. Certains se disent de genre fluide ou non binaire, parce qu’aucune catégorie ne s’applique à eux.

D’autres encore s’identifient comme trans, parce que leur identité de genre ne correspond pas au sexe qui leur a été attribué à la naissance.

Des peuples autochtones s’identifient comme «bispirituels » une identité traditionnelle et spirituelle spécifique à la culture autochtone.

De nombreuses ressources existent pour les personnes qui se questionnent sur leur identité de genre.

Visite ce site conçu pour les jeunes qui réfléchissent à ce que peut être leur genre!

Pour obtenir plus de ressources pour déterminer ton identité de genre ou en parler à quelqu’un, rends-toi sur le site Gai Écoute.

Lire la suite

Sortir du placard 🌈

« Sortir du placard » (ou « faire son coming-out ») consiste à dire aux personnes qui comptent dans ta vie que tu es gay, bi, queer, trans ou que ton identité n’est pas « straight » ou cisgenre.

Tous les gars qui aiment les gars ne sortiront pas nécessairement du placard. Pour d’autres, il peut être important de dire aux autres qui ils sont vraiment.

Toi seul peux prendre la décision de faire ton « coming-out » et c’est aussi à toi de choisir le moment qui te convient. Personne ne peut définir qui tu es à ta place. Certains préféreront se confier à une ou deux personnes en qui ils ont confiance. D’autres l’afficheront en ligne, organiseront une fête et le diront à tout le monde en même temps.

Il existe toutes sortes de moyens de sortir du placard, si c’est ce que tu décides de faire.

Et si tu décides de ne pas le faire, c’est cool aussi. C’est à nous de prendre soin les uns des autres. Si quelqu’un se confie à toi, traite l’information avec respect, ne le dis à personne d’autre sans consentement et réponds avec bienveillance.

Les gens peuvent avoir des idées préconçues sur la personne que tu es. Alors, même si tu as fait ton coming-out, tu devras peut-être le dire aux nouvelles personnes que tu rencontres. Aussi, si ton identité change, tu devras peut-être trouver de nouvelles façons d’en parler.

Lire la suite

Faire face à l’homophobie et à la discrimination 🙅‍♂️

L’homophobie désigne une attitude négative envers les gays. Il s’agit encore d’un problème important dans certaines écoles, équipes sportives, religions, cultures, familles et autres.

Dans de nombreuses parties du monde, être un gars qui aime les gars est perçu comme étant mauvais, malade ou anormal. Même au Canada, certaines personnes le pensent encore.

Des cultures, des religions et des processus d’éducation inculquent des croyances ou des messages négatifs au sujet des gars qui aiment les gars. Cela rend encore plus difficile le fait de sortir du placard et d’être fidèle à soi-même. Plusieurs personnes peuvent se demander si leur religion et leur spiritualité leur conviennent.

Mais dans toutes les religions et cultures, il existe des gays, des gens trans, des queers, et d’autres personnes qui s’identifient différemment, qui trouvent le moyen de s’en tenir à leurs croyances et à leurs traditions, tout en demeurant honnêtes envers eux-mêmes. 🌈✝☪🕉✡🌈

Il peut être utile d’entrer en contact avec des gens qui se trouvent dans la même situation que toi. En parler en ligne ou en personne pourrait t’aider à déterminer comment faire ton « coming out » dans le contexte culturel ou à l’endroit où tu as grandi.

Nous faisons souvent face à l’ homophobie dans notre vie quotidienne. Lorsque les gens profèrent des injures contre les gays ou les traitent de manière injuste en raison de leur identité, il s’agit d’homophobie. Si cela t’arrive, tu devras peut-être penser à ta sécurité d’abord et trouver un moyen de sortir de la situation. En d’autres occasions, si tu te sens suffisamment en sécurité, tu peux interpeller la personne et lui expliquer pourquoi son comportement n’est pas acceptable.

Que cela soit à l’école, à la maison, au travail ou dans les lieux publics, être constamment confronté à l’homophobie peut vraiment saper le moral. C’est pourquoi il peut être utile d’en parler avec des gens qui sont déjà passés par là ou en qui tu as confiance.

L’homophobie n’est pas la seule forme d’oppression et de discrimination. 🙁

Chacun de nous est touché par les attitudes irrespectueuses et les inégalités, dans notre société. Cela peut être évident, lors de l’utilisation d’un langage discriminatoire ou de l’exclusion d’une certaine catégorie de gens, ou plus subtil, comme lorsque certaines personnes éprouvent de la difficulté à obtenir un emploi ou qu’elles sont plus susceptibles de se faire arrêter par la police.

Plusieurs d’entre nous doivent composer avec différents « ismes » ou « phobies », ce qui complique les choses.

Voici certaines formes de discrimination que les gens peuvent subir :

Le racisme consiste en des manifestations de discrimination, d’inégalité et de violence envers les Noirs, les membres des Premières Nations et d’autres personnes de couleur.

La transphobie est la discrimination entre les personnes trans et celles dont l’identité ne correspond pas aux concepts limités de certains, en matière de genre.

Le capacitisme est une forme de discrimination envers les personnes qui vivent avec un handicap, qu’il soit physique ou mental.

La stigmatisation des personnes vivant avec le VIH/sérophobie désigne la discrimination selon le statut VIH des gens.

La misogynie/phobie des femmes désigne la discrimination ou la violence envers les femmes et les gens féminins.

Tu cherches quelqu’un à qui parler d’homophobie et d’autres formes de discrimination?

Appelle Interligne.

Lire la suite